Témoignages

Rosella

Depuis novembre 2016 j’ai participé aux rencontres organisées par l’ANAG (Aumônerie Nationale Antilles Guyane). Ces rencontres ont eu lieu le premier vendredi (pour tous les âges) et le troisième samedi du mois (en particulier pour les 18-35 ans). Ces moments de partage, d’enseignements, de louanges et de prière m’ont aidée à garder le cap et me ressourcer. J’ai trouvé dans ces rencontres une joie profonde, un sentiment de plénitude. J’espère que nos étudiants Antillo-Guyannais qui arrivent en France seront orientés vers l’ANAG afin de ne pas se perdre dans cette nouvelle vie loin de tous leurs repères, afin de ne pas lâcher la main de Christ.

Stéphanie

En Martinique j’allais à la messe tous les dimanches avec ma mère et n’hésitais pas à être au service de ma paroisse. En août 2016 changement de vie et arrivée à Paris. Entre installation, prise de repère etc, je suis vite prise par la routine parisienne (métro – boulot – dodo) et deux mois sont vite passés avant que je ne réalise que je ne suis allée à la messe que 2 ou 3 fois en deux mois… Assez rapidement motivée par ma mère et une amie qui m’invite à contacter Père Crépin, j’intègre un groupe de jeunes dynamiques au service de l’Aumônerie Nationale Antilles Guyane. Une mission qui me permet de nourrir ma foi et de grandir spirituellement notamment grâce à nos différentes rencontres, à nos débats sur des thèmes qui nous concernent directement. Après une année de cheminement, j’ai appris beaucoup et des liens se sont renforcés et une belle « famille » est entrain de grandir.
En Métropole, nous sommes livrés à nous-même et vite pris par le quotidien. Il est important d’avoir des repères dès notre arrivée pour garder le lien avec Dieu car on peut vite se perdre. Il serait donc bon que les jeunes se rapprochent de l’aumônerie dès leur arrivée pour rester enracinés dans la Foi et éviter les pièges du monde.

Nicolas

Les temps forts et rencontres de l’ANAG sont très enrichissants et ont même un caractère familial. Dès ma première venue, j’ai vraiment eu l’impression d’être de retour en Martinique avec cette chaleur humaine qui nous est propre et cette façon d’aborder la vie en Jésus-Christ en toute simplicité et de la mettre à la portée de tous… J’aime aussi les chants adaptés à la couleur locale…
Concernant les points concrets d’efforts, je trouve que c’est une très bonne initiative. Au sujet de la messe, pas de problème ! Y aller est un vrai plaisir. Pour la lecture de la bible, c’est plus compliqué car j’aime bien lire la bible dans un parc notamment quand l’environnement est paisible, mais aussi quand j’ai une réflexion à mener sur un passage et cela n’est pas toujours possible. En ce moment je lis les Actes des Apôtres et le premier livre de Samuel et je dois trouver le temps pour poursuivre. Enfin, la journée désert, se couper de certaines choses… Pour moi, c’est la télé, mais je n’en ai plus pour le moment donc ça ne compte pas ! Les réseaux sociaux par contre,et notamment Snapchat… Bon, je pense pouvoir y arriver avec la grâce de Dieu !


Emmanuel

J’ai connu l’aumônerie grâce au Père Marcel qui à l’origine était mon curé en Martinique.
Quand il m’a demandé de les rejoindre ce fut une grande surprise mais surtout une grande joie car je savais que je n’aurais plus à vivre ma foi seul dans mon coin et que je pourrai être au service du Seigneur de façon concrète. Si je devais donner trois mots pour décrire l’année pastorale qui vient de s’écouler au sein de l’ANAG, j’aurais dit amour, partage et dépassement de soi. Je me suis rendu compte à quel point le projet de salut que Dieu a pour chacun de nous est unique, particulier, personnel. J’ai pu redécouvrir à quel point Dieu m’aimait et voulait que je me donne à lui dans l’intimité et la sincérité de mon cœur.
Je crois que j’ai beaucoup appris cette année et que ce n’est que le début.

Vidéos